LES TRIBUS AFRICAINES : La tribu Maasaï

Publié le par les collègiens de Balzac

 

Présentation de la tribu :

 

Les Maasaï sont connus pour leur ornements de perles colorées et forment sans doute la tribu la plus populaire d'Afrique. Ils parlent le Maa et le Swakili et de plus en plus l'Anglais.

La population des Maasaï mange de la viande, du lait et du sang de vache.

Ils vivent dans des hautes buttes faites de branches, de terre, d'herbe et de bouse de vache. maison-maasai-copie-1.jpg

Les huttes s'appellent « Inkajijik ». Le village est construit en rond bien caché dans la nature.

 

Les Maasaï se répartissent en 5 groupes :

 

  • Les Arusha

  • Les Baraguyu

  • Les Kisongo

  • Les Purko & les Samburu

 

 Les Maasaï se trouvent au Kenya et en Tanzanie.

Le nombre de Maasaï sont entre 300 et 800 000 personnes réparties sur les savanes de Tanzanien ou du Kenya .

 

Les bijoux et parures des Maasaï :

 

Les femmes Maasaï portent des colliers de perles et des bracelets.

Les hommes , eux , portent des « shuka ». Les « shuka » sont des couvertures à carreaux rouges. Les femmes de la tribu ont l'habitude de se peigner en utilisant de l'ocre.

Les femmes et quelques hommes ont les cheveux tressés. habit-maasai.jpg

 

Les habitudes des Maasaï :

 

Si les Maasaï étaient d'une couleur, ils seraient le rouge. Le rouge représente le soleil, les terres du Kenya...

 

L'argent des Maasaï :

 

Les Maasaï ont pas beaucoup d'argent. Ils font des spectacles de danses dans les grands hôtels pour avoir peut-être peu d'argent mais ils sont déjà bien contents car pour eux, cela représente beaucoup.

 

La religion des Maasaï :

 

Les Maasaï ont un seul et unique dieu : Enkai ou Ngai ; dieu de la pluie et du ciel.

Sa femme est Olapa déesse de la lune. Beaucoup des Maasaï sont chrétiens.

 

Le mariage des Maasaï :

 

Pour le ou la marié(e) , se sont les parents qui choisissent. On devait acheter la femme.

Pour cela, les parents prennent la femme d'un ami ; ça leur revenait moins cher.

 

 

 

 

 

 

Publié dans NOS DOSSIERS

Commenter cet article